Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les artistes ne sont pas commissaire d’exposition

par lili-oto artiste plasticien / art contemporain 1 Octobre 2014, 18:25 artiste plasticien

Non les artistes plasticiens, peintres, sculpteurs, installateurs, vidéastes, photographes, dessinateurs, numériques, créateurs auteurs ne sont pas des commissaires d’exposition, ce registre malsain très mode pétainiste ou mode stalinien envahit l’espace public et les expositions publiques comme un cheval de Troie depuis une décennie. Avec la montée de l’extrême droite en France, cette mode ultra muséale d’artistes commissaires d’exposition sous ce registre et concept politique et culturel ultra conservateur, style ancien régime est une maladie commune à tous les modes de gouvernances politiques autoritaires et despotiques. Quelle honte ! Scandaleux !

 

C’est un abus d’exploitation abusive renforcée par une position dominante avec un abus de dépendance culturelle, esthétique, artistique, philosophique et politique à des fins économiques dont l’enjeu est bien de fausser le marché de l’art local, national ou international par un système institutionnel public ou privé encourageant une concurrence déloyale entre les artistes.

 

Et quelle méconnaissance de la sociologie de l’art, de la sociologie de l’artiste et de l’histoire de l’art ! 

 

Une sociologie de l’artiste qui devrait-être enseignée dans les écoles nationales ou régionales d’art afin d’éviter ces dérives politiques et culturelles ultra réactionnaires, mafieuses lorsque les enjeux financiers sont importants. Un renoncement et un reniement de la création artistique comme un espace de liberté, un espace vital à la liberté d’expression dont l’objet échappe à toute autorité et directive autoritaire. Le sens de l’œuvre y compris dans sa monstration (la façon, la manière, l’esprit dont elles sont exposées au public) doit systématiquement échapper aux donneurs d’ordre. L’esprit de l’œuvre n’est pas servile à des intérêts qui lui sont étrangers car la loi protège les artistes de ses abus, grâce au droit d’auteur, le droit moral, en France un droit fort inaliénable et imprescriptible ; article L.121-1 du code de la propriété intellectuelle qui dit clairement que ce droit « extrapatrimonial » est attaché à la personne de l'auteur qui tend à conserver et à défendre l'esprit de son œuvre et sa personne, dans les rapports avec les tiers. Des conventions internationales sur le droit d’auteur renforcent ce droit moral en France. Dans les expositions, à l’encontre d’abus des commanditaires d’exposition publiques ou privées, d’abus orchestrés par la tutelle d’un commissaire d’exposition, l’artiste peut refuser d’exposer sous l’hégémonie d’un commissaire d’exposition qui prétend à un droit moral, esthétique, conceptuel sur l’exposition des œuvres de l’artiste exposé, l’artiste peut même l’attaquer en justice et attaquer le commanditaire. L’artiste exposé s’il pense que l’exposition viole l’esprit de son œuvre, souille sa propre réputation, entame son indépendance moral, l’artiste a le droit de démonter à tout moment sa propre exposition. Un grand nombre d’artistes de renom ont utilisé ce droit moral contre les institutions publiques d’art contemporain comme les musées d’art contemporain en France, et en plus, ils attaquent ces institutions devant les tribunaux et gagnent à 98% leur procès. L’art en France n’est pas sous contrôle comme sous Pétain, Hitler, Franco, Mussolini, Pinochet, ou actuellement comme en Chine et petit à petit avec ces toutes ces fonctions muséales qui s’imposent arbitrairement avec chantage aux expositions aux artistes dans la création artistique contemporaine en France et en Europe. 

 

Aujourd’hui, Les artistes plasticiens qui s’improvisent scandaleusement petits flics d‘art et d’exposition que ce soit dans les institutions publiques ou dans des espaces privés obligent les membres de leur propre communauté artistique, leurs collègues artistes à renoncer à leur droit moral, un droit inaliénable et imprescriptible, c’est un viol de la loi, et ces artistes commissaires d’exposition obligent donc leurs collègues artistes à se soumettre à leurs quatre volontés et bien souvent à leur égo surdimensionné et leurs ambitions mercantiles. Leurs collègues artistes créateurs auteurs victimes du chantage à l’exposition renoncent à leur propre droit, c’est un grave abus autoritaire, une exploitation véreuse d’un artiste sur un autre artiste qui est toujours lié à un contexte commercial, politique, institutionnel, religieux, un abus de pouvoir, un abus de position, un abus de dépendance économique, de l’esclavage déguisé. Ce sont des attitudes de salaud et cette posture d’artiste maquereau est condamnable et elle doit être systématiquement dénoncée sur la place publique! Depuis des siècles des artistes organisent des expositions en invitant leurs collègues sans laminer au nom d’une fonction de flic de l’art la réputation et les œuvres de leurs collègues. 

 

On assiste depuis quelques années dans le petit milieu de l’art contemporain, aussi bien dans ce milieu spécifique qui se revendique du label erroné dit « art contemporain » que dans les milieux plus modestes de l’art singulier, de l’art brut, du land art, dans les arts numériques à une recrudescence d‘artistes plasticiens qui jouent les petits flics d’exposition, les vigiles moraux de l’art et de la création artistique, des profiteurs de réseaux avilissant les autres artistes au nom de leur opportunisme et de leur égocentrisme véreux, des mercenaires de l’art, bien souvent des pitres de l’art avec des productions artistiques minables. Ces artistes vigiles moraux de l’art travaillent au service des commanditaires d’exposition, contaminent leurs collègues artistes de leurs propres frustrations et de leur médiocrité. Un artiste talentueux ne cherche pas à dominer par d’autres casquettes leurs collègues artistes, la nature même de l’expérience du sensible ne se mesure pas ! Ces artistes véreux serviles détrônent leurs collègues artistes de leur propre talent au profit des collectionneurs d’art crédules, de patrons d’entreprises naïfs, de collectivités locales ou territoriales, de marques ou d’élus politiques, du fait religieux ou de sectes. 

 

commissaire exposition

 

Je mets deux fois cette image, car avec ces dérapages culturels, trop c'est trop ! 

 

lili-oto controverses - Copie

 

Lili-oto artiste plasticien, libre penseur qui affectionne cette idée géniale et généreuse de liberté et de son registre à visage humain baptisé : « expression ». Liberté d’expression ! Vous vous rendez compte, on a dû rajouter liberté à expression pour protéger des hommes d’autres hommes. 

commentaires

Haut de page