Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exception culturelle les mensonges et la vanité de Hollande

par lili-oto artiste plasticien / art contemporain 18 Juin 2013, 13:03 art contemporain

Hollande n’est qu’un Sarkozy soft dit le philosophe Alain Badiou (émission Ce soir ou jamais), et, il a bien raison ! Dans le volet de l’exception culturelle à la française, Hollande le démontre, il ment ouvertement, manipule le citoyen lambda avec la complicité d’Aurélie Filippetti et de son ministère de la culture. De ses petits airs condescendants, son expression culturelle à la Hollande, François hollande dissimule mal sa vanité !  Faut dire qu’avec un tel nom sa prédestinée allégorique est déjà toute écrite dans l’histoire pictural du siècle d’or. Un ringard !

1er fait : à peine arrivé au pouvoir, il fait des coupes franches dans le budget du ministère de la culture : - 4,3%. Pour un président qui se vante de défendre la culture, les faits démontrent le contraire. Et lui comme ses prédécesseurs et leurs petits apôtres ministres de la culture nous parlent toujours budget évitant le volet redistribution et équité. 

2eme fait : La convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est un outil international destiné à légitimer le statut d’exception culturelle à la culture. Cette convention offre un statut juridique international à la culture reconnaissant son statut spécifique. Il n’y a pas d’exception culturelle à la française mais une convention internationale qui dit clairement au nom des expressions culturelles : « de reconnaître la nature spécifique des activités, biens et services culturels en tant que porteurs d’identité, de valeurs et de sens » et pour les artistes : « : Les mesures qui visent à encourager et soutenir les artistes ainsi que tous ceux qui sont impliqués dans la création d’expressions culturelles ».

3eme fait : Aurélie Filippetti ministre de la culture n’a que des pensées libérales pour l’industrie culturelle de masse, aussi à droite que son prédécesseur, elle fait scandale au salon de la BD à Angoulême. Elle remet le couvert au festival de Cannes : « analyse de la rentabilité des films (…), émergence d’œuvres diverses, audacieuses et populaires (…), les films français trouvent toute leur place dans la concurrence mondiale, etc. » Pas un mot pour le cinéma d’art et d’essai qui bien sûr ne relève pas d’une trame populaire. Filippetti ne parle que d’industrie, de part de marché, d’outil de diffusion dans le droit fil d’une culture libérale à l’américaine.

4eme fait, le plus grave (silence dans les médias) : Les Etats Unis refusent de signer cette convention internationale, pour le gouvernement américain la culture c’est le profit avant tout.

Réalités : cette convention internationale n’est pas le top pour l’indépendance et le soutient à la créativité artistique mais elle représente des atouts face à une exception culturelle à la française qui n’est qu’un discours en creux cachant une toute autre vérité scandaleuse : la mainmise de l’état français et des partis politiques sur la création artistique avec son inspection de la création artistique (avilissant et délits de favoritisme !). Ces technocrates de la culture sont en réalité une police culturelle imposant ces choix au ministère, aux institutions para-artistiques et aux collectivités territoriales, sans compter le rôle de flicage des conservateurs des musées d’art contemporain et l’utilisation des commissaires d’exposition (un statut non légal). Quant à l’avance sur recette au CNC (cinéma), l’auteur de cet article en plus d’être artiste plasticien, a été décorateur dans l’audiovisuel, et auteur de plusieurs scénarios de longs métrages que je n’ai jamais pu réaliser malgré leurs qualités dixit les comités de lecture des chaines de TV. Mais voilà, j’ai écrit des films engagés sous le registre de la controverse et l’avance sur recette n’est que copinage et lobbying de producteur, cette commission n’est pas indépendante, donc pas de financement. Quant aux producteurs, ils ne s’aventurent plus sur des films à faibles profits, encore moins sous le registre « art et controverses » et leurs palettes cinématographiques sont de plus en plus étriquées.

La France viole cette convention internationale tous les jours, il n’y a qu’une seule certitude dans l’exception culturelle à la française, c’est le non-respect des diversités artistiques et une guerre gouvernementale à peine voilée contre la pluralité des artistes auteurs créateurs et surtout ceux qui refusent toute forme d’autorité autre que la leur sur leur activité artistique (ce qui est en droit tout à fait légal, un droit inaliénable !). Des artistes électrons libres, libres penseurs refusent sous le prétexte d’un soutien financier public que les institutions et les élus s’immiscent au cœur de leur production artistique. Oui au soutien financier, aux aides, non à cette intrusion illégale dans l’œuvre de l’artiste, non au marketing politique et carriériste des élus dans les expositions publiques sur le dos de la création artistique et surtout sur le dos de la réputation de leurs artistes auteurs !

Nous ne sommes plus depuis 2005 au stade de l’exception culturelle à la française qui comme dans l’art contemporain est d’une nature coercitive contre les artistes plasticiens auteurs créateurs indépendants. L’art contemporain n’a que pour objectif le marché international véreux d’art contemporain. Le marché d'art contemporain est le cheval de bataille des institutions para-artistiques en France comme dans les musées d’art contemporain, les biennales d’art contemporain, les Drac, les Frac, le CNAP, le FNAC, etc. Ce cheval de bataille est surtout le reflet de leur propre échec. Une politique culturelle de l’absurde, il n’y a que 7 français dans le top des 600 artistes les mieux cotés au monde, le premier français n’est que 108eme et il ne faisait pas partie du sérail institutionnel. Cette exception culturelle à la française n’est que l’expression d’une exclusion sociale et artistique où 98% des artistes plasticiens en France sont écartés des aides et des expositions publiques. Le gouvernement et les partis politiques ont la mainmise sur ces institutions sur tout le territoire français au niveau national et local. On retrouve toujours des élus dans les instances dirigeantes de ces institutions para-artistiques. Les artistes plasticiens en France ne voient jamais la couleur des subventions publiques françaises et européennes. Le CIPAC est une association qui n’est que l’objet de conflits d’intérêts, une association où s’entremêlent scandaleusement des acteurs des institutions para-artistiques publiques et des acteurs du secteur marchand et privé. Comme l’explique justement Raymonde MOULIN, sociologue de l’art, spécialiste des relations entre art et économie, fondatrice du centre de sociologie des arts au CNRS : « L'art va où fraie l'argent. Il était à Anvers au XVe siècle, il est à Dubaï aujourd'hui. », « Le marché de l’art est à part. Ce qui est délit ailleurs est valorisé ici : par exemple, plus on est initié, plus on est reconnu et écouté. Ailleurs, c’est un délit que d’être initié ! », et je (Raymonde Moulin) me permets de rajouter : « à la bourse, avec de tels délits d’initié, on va tout droit en prison ! ». Et Raymonde Moulin oublie de nous parler des délits de favoritisme vous dit Lili-oto. L’exception culturelle en France, quelle blague ! En France, l’art contemporain n’est que copinage, clientélisme, magouilles et surtout une opacité totale dans la sélection des artistes et la gestion des institutions, seul le FRAC PACA publie son rapport d’activité. Le nombre d’artistes plasticiens victimes de la paupérisation orchestrée par le ministère de la culture, par ses inspecteurs de la création artistiques, les conservateurs, les directeurs de Frac, les responsables du CNAP et les élus des collectivités territoriales est un scandale au regard des dizaines de millions d’euros, voire des centaines de millions d’euros injectés dans les institutions para-artistiques, musées, expositions publiques, biennales, etc. Les artistes plasticiens en France, eux, ne peuvent plus exposer et pérenniser leurs propres activités artistiques comme sous le gouvernement de Vichy sous l’occupation même si le registre politique n’est plus le même. Aujourd’hui, ces artistes indépendants qui refusent les magouilles en France vivent isolés, sans aides, sans finances, dans la survie, retranchés sur eux-mêmes, dans l’impossibilité d’exposer comme les surréalistes en zone libre sous l’occupation sous le gouvernement de Pétain et de Laval.

La culture en France est comme la représentation au Senat ou au Parlement, ce n’est plus que la propriété des riches. Vérifiable sur le Web (internet), allez voir qui compose les clubs très fermés des amis des FRAC institutions régionales d’art contemporain dans les 20 régions dirigés par le Parti Socialiste : que des riches, que de très riches comme le club d’amis du FRAC Aquitaine présidé par Laurent Dassault, fils de Serge Dassault ! Idem pour le club d'amis très fermé de la biennale internationale d’art contemporain de Lyon avec une mairie et région socialistes. Il est évident qu’il n’y a plus d’alternance culturelle en France et comme l’abstentionnisme le prouve dans les élections locales, il n’y a plus d’alternance politique, les gens ne sont plus dupes !

Si les Etats Unis ne signent pas cette convention internationale sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, il n’y aura plus sur le territoire européen d’exception culturelle. C’est clair et inéluctable ! Nous allons assister à un raz-de-marée de la propagande culturelle américaine. Hollande ne défend pas nos intérêts ! Il ment accompagné d’artistes acquis à sa cause qui ne pensent qu’en part de marché, d’industrie culturelle et de culture libérale, bien souvent les premiers à se précipiter aux Etas Unis pour profiter des petits profits engendrés par cette conception culturelle libérale et autoritaire.

Notre futur n’est qu’une extension de notre présent : les artistes, les associations artistiques, les collectifs artistiques qui ne sont pas dans le système élus-institutions-marché sont balayés par les institutions françaises qui développent avec l’argent du contribuable une concurrence déloyale au sein de la communauté artistique. Demain, avec les Etats Unis, ceux qui ne seront pas dans le système propagande-marché-institutions, ceux qui ne seront pas complaisants, serviles et rentables seront rayés de l’espace public, de tous les espaces de diffusion en France comme dans toute l’Europe. Les artistes qui résisteront à cette hégémonie américaine seront poursuivis par la puissance juridique des consortiums culturels américains. Ce que l’administration française et le ministère de la culture ont organisé depuis trois décennies, faire crever les artistes plasticiens qui ne relèvent pas des institutions, les américains eux, finiront définitivement le job en les chassant et les écrasant définitivement ! Ce traité avec les Etats Unis va laminer l’Europe et supprimer définitivement la France ou l’Europe de la scène internationale dans tous les domaines, culture, art contemporain, commerce, artisanat, agriculture, industries...

Lili-Oto artiste plasticien, peintre, sculpteur, installateur art vidéo et art végétal, décorateur, poète, scénariste de long métrage, théoricien esthétique et controverses, artiste numérique, art science, inventeur, vit dans l’exclusion artistique et sociale depuis 9 ans.

guillotine decapitation

commentaires

Haut de page