Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Election programme: pour une culture du vivant et non du marchand

par lili-oto artiste plasticien / art contemporain 15 Mars 2012, 12:31 art contemporain

L’élection présidentielle est un bide pour la culture, aucun programme culturel digne d’une action culturelle menée en faveur des artistes pour un soutien financier d’une pratique artistique autonome et libre de la bureaucratie française culturelle. Les programmes culturels des candidats de gauche à la présidence de la république renforcent l’idée que l’artiste plasticien, l’artiste peintre ou sculpteur, installateur, performeur, artiste numérique dépendent uniquement du bon vouloir de la bureaucratie culturelle dans l’art contemporain. Les programmes culturels des candidats de droite à la présidence de la république renforcent l’idée de l’artiste bling bling pour des expositions bling bling dans l’art contemporain.

Aussi bien à gauche qu’à droite, la culture, l’art, l’artiste plasticien, l’artiste peintre ou sculpteur et sa création contemporaine dans l’art contemporain sont systématiquement associés au marché international véreux de l’art contemporain qui baigne avec les institutions artistiques dans les délits d’initiés ou les conflits d’intérêts, y-a-t-il encore une gauche en France ? Les artistes ne seront plus que la cheville ouvrière de l’industrie culturelle et des institutions culturelles. Leur créativité et leur création sont de plus en plus assimilées à un simple service culturel pour alimenter des fonds culturels juteux propriété intellectuelle des actionnaires dans cette immense manufacture culturelle mondiale. La marchandisation à outrance, cette mise sous conserve des pans entiers de notre culture dans ce nouvel ordre culturel mondial jusqu’au culte culturel mortifère de musée font du vivant un être sous scellé.

Nos élus renforcent sur tout le territoire avec leur politique culturelle autoritaire et discrétionnaire une généralisation chez l’artiste de la servitude volontaire envers les institutions culturelles qui ont un profond mépris pour la démocratie culturelle.

Nous assistons en France comme partout en Europe un glissement de la propriété intellectuelle sur la propriété industrielle. Les artistes ou les chercheurs auront de plus en plus de difficulté à défendre leur droit alors que les industriels comme dans l’agroalimentaire, les semenciers, assureront leur domination sur le monde grâce à la propriété intellectuelle. Cette globalisation mondiale de cette prédation financière dans le marché de l’art est synonyme pour la culture d’une défaite de la pensée.

Nous défendre, répondre à ce degré zéro de la culture, c’est trouver d’autres méthodes, d’autres modes d’échanges, de mise en commun des savoirs culturels et artistiques pour contrer cet usage global, systématique, exclusif et irrationnel de la marchandisation culturelle. La solidarité ne se résume pas en une seule assistance aux plus fragiles ou aux plus démunis mais bien d’un mode d’échange réfléchi, cohérent et consubstantiel à notre destinée. Cette solidarité est enchâssée dans la redéfinition de nos communs. 
L’usage de ce consumérisme culturel hégémonique, absolu et tyrannique est une absurdité comme cette élection présidentielle qui piège les véritables enjeux de notre présent et avenir. A situation absurde, répondons par l’absurde. Votez Lili-oto, le seul candidat pour une non présidence au sommet de cette république dévoyée. Son blog lili-oto candidat virtuel et de l’absurde : http://election-presidentielle-2012.over-blog.com/

 

00024w.jpg

commentaires

Haut de page