Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

lili-oto : la bidimensionnalité et la tridimensionnalité, à la recherche du rapport 2,5 comme Frank Stella/Lili-oto,with research like Frank Stella between two-dimensionality and three-dimensiona

par lili oto artiste plasticien 2 Mars 2007, 16:47 Jeff Koons

 

intervalle espace et le temps surdéterminé

Interval space and time overdetermined

Interval Raum und Zeit überdeterminiert

Intervalo Espacio y espacio sobredeterminado

Intervallo - lo spazio e il tempo sovradeterminato

Интервал космического и время переопределенной 


_ _ _

Les cônes de lumière - light-cones - Lichtkegel  

 

 

 

lili-oto cône de lumière artiste plasticien

 

Je travaille depuis 1984 sur le rapport 2,5 et son éventuel "figure" ou représentation. Pour parler simplement, le rapport 2,5 est à la fois une "forme ou une figure" à mi-chemin entre la peinture et la sculpture et l'expression de ces deux entités. Objet des travaux du peintre américain Frank Stella dès la fin des années 70, Frank Stella expliquera qu'il s'était approché de ce rapport 2,5 dans toute une série d'œuvres. Mais Il leurs attribuait un rapport  2,7 ce qui n'enlève rien à l'immensité de son oeuvre.Lorsque nous cherchons une éventuelle combinaison entre la peinture et de la sculpture, nous pensons aux bas-reliefs mais ce sont des sculptures à plat avec peu de relief, des tableaux sculptés que je situe personnellement dans un rapport 2,3. Pourquoi 2,3 et non 2,7 ou 2,4 ou 2,6 ? Si les pièces de Frank Stella sont dans un rapport 2,7 et les bas-reliefs dans un rapport 2,3, c'est qu'il y a un déterminant que j'expliquerai dans un prochain article sur la façon dont mon travail c'est agencé. Le point de départ de ma recherche n'a pas été une extension spatiale de la peinture comme chez Frank Stella. Dés le début j'ai choisi une assise pour le développement des installations, une base stable à phénomènes constants remplissant les caractéristique de la matière; ce fut La lumière. Au départ les installations étaient une succession de strates articulées autour de la lumière. Les couches successives et l'agencement des strates délimitaient une zone ou un espace scénique soumis à la frontalité du mur de l'atelier que j'identifiais au plan originel. La modulation de ces strates m'impliquait dans un positionnement spatial et frontal. Il y a eu des ouvertures évidentes avec une tentation de se mettre en scène, de performance ou d'user et de composer un lexique situationniste, un situationnisme qui ne m'est pas étranger même si je ne suis pas post-situationniste. Dès le départ, je n'ai pas choisi comme support la toile pour éviter un référent le tableau, j'ai opté pour un film PVC transparent et semi-rigide. La transparence est importante car elle souligne sa différence entre la matière et le vide. Un film tendu dans l'espace ou au sol que je peins avec une peinture indélébile de ma propre fabrication. Je peins sur la lumière, sur ce film transpercé par des sources lumineuses puissantes.

 

 

 

lili-oto la lumière et la peinture (artiste plasticien)

 

 

 

Considérant que la représentation ne relevait plus de la figuration ou de l'abstraction depuis les avants-gardes mais de l'image, l'image comme expression non plus de l'outil du langage ou de la narration mais un capital, "le capital image". Je mets en ligne sans les retoucher les premiers texte écrits dans les années 1980...  Lire la suite...

 

<<RETOUR/HOME

commentaires

Haut de page