Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lire le scénario : la Ménine de lili-oto. D'après l'étude du tableau Guernica de Pablo Picasso peint en 1937 et exposé au Musée centre de l'art Reina Sofia à Madrid. N'a-t-il pas comme plan o

par lili oto artiste plasticien 30 Janvier 1998, 19:48 artiste contemporain

 

Scénario long métrage:

« la Ménine »

De la Mort de Marat à Guernica ?

Du dessin à la Peinture chez Pablo Picasso

Lili-oto

 

J'ai écrit ce film après avoir étudié tous les écrits et les analyses sur le tableau de Pablo Picasso : Guernica aux archives du centre de documentation à la bibliothèque du musée national Picasso à Paris dans le Marais... Je remercie la direction du musée de m'avoir permis l'accès aux documents et je remercie les dames du lieu pour leur accueil et leur grande gentillesse... J'ai découvert que l'espace scénique de Guernica avait en plus des origines scéniques déjà citées par les historiens comme par exemple les Ménines de Velasquez par l'historien Juan Marin (le rapt des Ménines) une autre origine: un dessin de Picasso de 1929 , la Mort de Marat. Au lieu d'écrire un essai sur la question, j'ai préféré écrire un film: un long métrage avec la sérieuse intention de le réaliser... Je n'ai pas obtenu l'avance sur recette du CNC... Le film a été lu par plusieurs producteurs qui ne l'ont pas retenu comme des chaînes de télévision comme france2 ou la 6. 

undefined
 

 

 

synopsis

 

Yame jeune femme d'une trentaine d'années est une artiste touche à tout, semble-t-il... Confrontée au milieu alternatif, la rencontre d'Yvon et l'abandon de Julien la projettera dans l'univers institutionnel... Mais Yame résiste, résiste... Anti-tout, anti "contre" dans sa forme grecque, mais aussi anti "avant" (ante) dans sa forme latine. Yame s'emploie à l'inertie comme un point se refuserait à la ligne tout en revendiquant ses attributs... Julien l'alternatif et Yvon le technocrate préservent ce que Yame brûle d'envie de consumer. Lili-oto

 

 












undefined





































- Séquence 1 ext jour boulodrome Lyon
 
Nous découvrons l'entrée d'un parc fermée par un portail grillagé. Angèle descend dans notre direction une petite ruelle piétonne. Elle escalade le portail et pénètre dans le parc. Deux pistes de boulodrome surplombent deux autres en contrebas ainsi qu'une petite bâtisse aux volets clos. Angèle rejoint les pistes du bas et observe le lieu. Elle s'assoit sur un vieux banc adjacent à la bicoque tout en fixant du regard le poteau téléphonique dans l'angle de la piste. Elle ramasse au sol une brindille et dessine sur la terre battue un petit cercle représentant le poteau. Puis, elle l'entoure d'une ellipse. Elle se gratte la joue et sourit. De nouveau avec sa brindille, elle retrace le même dessin vu de face. Le bout de la brindille forme l'ellipse puis sa base de trois traits qui la transforme en une coque de bateau. Elle rajoute le poteau qui devient un mat excentré. Elle écrit sur la coque: cuisine. Elle relève la tête, suit la perspective du câble téléphonique et elle le retrace reliant le mat et fait une croix sur le trait du fil. Elle marque: mobile. Elle est satisfaite d'elle-même. Au loin, des bruits de pas et de voix l'interrompent dans ses pensées. Elle se relève et se dissimule dans l'angle du baraquement. 

- Séquence 2 ext jour cabine téléphonique Lyon
 
Yame vêtue d'un tricot rouge déguenillé et d'un vieux jean est dans une cabine téléphonique, le combiné à l'oreille.

 

musique, paroles (off)

Depuis deux jours...

Elle n'a plus rien dans ses poches...

 

Yame parle à un interlocuteur mais on ne l'entend pas. 

générique

musique, paroles (off)

Elle a seulement deux unités sur sa carte.

Il a raccroché... elle voulait lui dire

Mais il n'y a plus d'intervalle

Le silence est signe de rupture alors il raccroche.

Yame s'appuie contre le combiné...

Yame s'appuie contre le combiné... Elle sort de la cabine et en fait le tour.

  

musique, paroles (off)

Elle tourne autour de la cabine. Un blanc...

Une unité pour un non, une unité pour un refus...

La machine aura avalé sa voix pour deux unités.

 

Yame baisse la tête et tape du pied dans les graviers. Elle entre de nouveau dans la cabine et décroche le combiné.

 

Yame, à elle-même, désemparée, tout en composant le numéro.

On ne peut plus rien dire si on vous dit que vous n'avez plus rien à dire...

 

Yame // Julien

... J'arrête! C'est plus possible... ce n'est pas une vie. // Je t'en prie, va jusqu'au bout.

 

Le regard de Yame se dirige vers le sol. Julien a raccroché, on entend le bip bip.

 

paroles, musique

Et hop! Consommé la deuxième unité...


- Séquence 3 ext rue jardin des plantes Lyon
Au loin, une rue en lacet descend des jardins. Yame les deux mains dans les poches rejoint Angèle assise sur la pelouse et s'assoit à ses côtés. Elles s'embrassent. Yame boude.

 

Angèle, inquiète.

Yame, tu as vu Julien ?

 

Yame, tout en coupant une brindille d'herbe.

Pour ses reproches...

 

Angèle, avec un sourire narquois.

Il va toujours dans ton sens, ma belle!

 

Yame, haussant des épaules.

Il me reproche en permanence de ne plus avoir d'activité artistique alors que je n'ai jamais autant travaillé (elle hausse de nouveau les épaules )

angèle, d'une voix douce.

Mais Yame, tu as vu ta vie !... Comprends-le! c'est un homme fragile qui t'aime...

 

Yame, redressant la tête.

Je lui répète sans cesse qu'il vit avec une peintre, une petite dame de l'écriture...

 

Angèle, la provoquant.

Ton univers est ta propre prison, tu t'es vue ! Cesse de jouer à faire monter la mayonnaise, pauvre Julien ! Tu le secoues comme un prunier !

 

Yame, protestant.

C'est ma vie, MA VIE! Je n'ai pas à le préserver!

 

Angèle, amusée.

Mais ma chérie... Tu t'enfermes dans ton atelier ou tu restes scotchée à ta machine à écrire... Ciel, quelle vie! quant à tes beaux parents...

 

Yame, détournant les yeux.

On n'est pas marié, que je sache! Et puis pour moi, expos, vernissage, éditer! C'est comme le damier d'une marelle; chaque case est un rêve.

 

Angèle

Je sais qu'il a téléphoné à ta mère... il ne te comprend pas.

 

Yame, étonnée.

Elle lui a dit quoi ?

 

Angèle, avec un petit sourire narquois.

Que petite tu avais fait de l'optimisme. Et qu'aujourd'hui tu aimais être seule face à ta vie; comme tu l'étais enfant face à ton bateau !

 

Yame, après un temps et amusée.

Elle lui a dit ça ?

 

 

Angèle, souriante et complice.

Elle lui a dit aussi qu'il te fallait ta liberté, sinon!... (elle lui fait le signe de break avec ses deux mains)

 

Elles éclatent de rire. On entend la frappe d'une machine à écrire

- Séquence 4 int nuit chambre Yame Lyon
On découvre Yame de dos, face à sa machine à écrire. Elle frappe un texte.

  lire la suite...


-----
<<RETOUR/HOME

commentaires

Haut de page