Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PAGE N°2 scénario : H.Crime. Film Polar adaptable à la télévision ou pour le cinéma

par lili oto artiste plasticien 30 Janvier 1998, 19:00 Jeff Koons

Vous êtes sur la Page n°2 voir en bas d'article pour les liens des autres pages.....

Scénario long métrage:  le film « H.Crime »

Lili-oto

undefinedundefined








































- SEQ 11- INT JOUR - MAISON LAURE - GARAGE.

La table est encombrée des reliefs de la veille. Il y a le paravent en avant des cartons... De la porte du garage ouverte, les triporteurs sont garés devant dans la rue.


  •  LAURE , débarrasse la table
     Vous videz le Vespacar pendant que je prépare des sandwiches.
  •  
  •  GEORGES , pose une valise en osier sur un carton
     Je vais chez moi vider mon Piaggio avec Denio. (il se redresse et se retourne) ...


VIVIEN porte la selle de cheval dans notre direction.


  • GEORGES , off
    Nous revenons, on t'aidera ensuite, Vivien !

 

LAURE regarde dans leur direction puis retourne comme pour se cacher d'eux ! Elle sort un tout petit flacon de poudre qu'elle dévisse. Elle sniffe la poudre sur la petite cuillère emboîtée dans le bouchon...

FONDU ENCHAINE - Ils sont tous les quatre à table et mangent leurs sandwiches. LAURE caresse son chat qui se câline dans le creux de son cou.

 

  • LAURE , à DENIO
    C'est un bon coup, cette toile !
  •  
  • VIVIEN , à GEORGES
    Vos amis charpentiers... Ils prennent cher pour une rénovation ?
  •  
  • DENIO , saisit l'opportunité
    Si c'est de la main à la main ... Tu pourras trouver difficilement moins cher et aussi compétent.. Mais dans ce cas, ils travaillent uniquement le week-end et ils ne le font que pour des gens dont ils sont sûrs !!...
  •  
  • LAURE , forçant un sourire ,à GEORGES
    Oui... Mais je ne vous vends pas le paravent, je ne veux pas !
  •  
  • GEORGES , sur un ton déterminé
    Bon, je vais y penser !... Mais à une condition ! Donnant, donnant ! (il frappe la table de la paume de sa main) Vous m'avez parlé tous les deux d'un copain qui vous fait de temps en temps des expertises de tableau à l'oeil .
  •  
  • LAURE , son chat dans les bras
    Ah ! Oui... C'est ALBERT, mais ce n'est pas un ami ! D'ailleurs, c'est lui qui a expertisé les trois tableaux que Denio nous a vendu sous le manteau... On les a revendus tout de suite à une femme qui vient souvent au marché... Surtout le samedi-matin très tôt, lorsque les marchands viennent fouiner...
  •  
  • DENIO , se grattant la tête
    Je sais ... Tu me l'as déjà dit, Laure !
  •  
  • GEORGES , satisfait de lui-même
    C'est la même que j'ai accroché pour mes miniatures... Elle est mignonne d'ailleurs... Elle vient d'Angers, je crois... Elle n'est pas marchande ! C'est une collectionneuse... Ou son mari, je ne sais plus...
  •  
  • LAURE , légèrement vexée
    Oui... En fait, Albert n'est pas une rencontre des puces... Je l'ai vu la première fois à la Chambre du Commerce. Lui venait retirer un extrait de K.Bis et moi enregistrer mon activité... De temps en temps, je l'appelle ... Il a un pas de porte dans le 17ème et il travaille à l'import export avec les puces de Saint-Ouen !
  •  
  • GEORGES , l'ironie aux bouts des lèvres
    Je suis sûr que tu sauras lui dire avec tes beaux yeux !
  •  
  • LAURE , essaye de comprendre
    C'est pour la toile que vous avez trouvé , et vous voulez une expertise gratos...

 

GEORGES acquiesce de la tête et échange un regard avec Denio...

 

  • GEORGES , à LAURE
    On ne peut rien te cacher... Je te laisse le tableau et tu t'en occupes. (à Vivien) La semaine prochaine, on fera une bouffe chez moi, je vous invite... OK ?... (à Denio) On sortiras la nappe, un vieux Bourgogne et j'ai un lièvre au congélateur que j'ai tiré, il y a une quinzaine dans le Charolais. Toi, Denio, Tu me trouves des trompettes de la mort !....
  •  
  • DENIO , prend le chat des genoux de Laure
    Hum ! Un bon petit civet ...
  •  
  • VIVIEN , regardant son sandwich
    ça changera !

FONDU AU NOIR

- SEQ 12 - INT JOUR - PRISON : CANTINE.
Denio et Vivien sont attablés et mangent leur repas. On devine l'immensité de la salle et un grand nombre de détenus par un brouhaha terrible et résonnant. Nous nous dirigeons vers une fenêtre grillagée qui nous invite à nous échapper sur le monde extérieur.

 

SEQ 13 - EXT NUIT - MAISON GEORGES/MAISON LAURE.
Au loin, comme une photo d'art de maquette, Deux triporteurs sont garés face aux deux petites maisons mitoyennes. Il y a de la lumière chez Georges, nous nous dirigeons vers elle.

 

SEQ 14 - INT NUIT - MAISON GEORGES : SALON.
La pièce est cossue. Des bibelots et des tableaux sont accrochés aux murs. Une table dressée de quatre couverts. Des petites lampes en divers endroits, objets et mobiliers de brocante.

 

  • GEORGES , sur le seuil de la porte de la cuisine un plat à la main, de sa voix grave
    C'est prêt les enfants à table !

 

GEORGES traverse le salon jusqu'à la table où sont déjà attablés LAURE et VIVIEN. Il pose son plat sur la table. LAURE regarde le plat tout en se frottant les narines de l'index. Elle soulève le couvercle tout en regardant GEORGES.

 

  • LAURE , joueuse, regarde le civet et fait des yeux doux à GEORGES
    Je me méfie avec les chasseurs ...
  •  
  • GEORGES , lui sourit
    J'ai oublié le pain à la cuisine, tranche-le !.
  •  
  • DENIO , off
    Bouge pas, j'y vais !...
  •  
  • GEORGES , à LAURE
    Alors ce tableau ?
  •  
  • LAURE , en prenant du pain
    Il l'a expertisé et estimé à plusieurs milliers de francs
  •  
  • GEORGES , méfiant tout en servant du vin dans chaque verre
    Qui ? Ton ami, ALBERT !...
  •  
  • LAURE , agacée, tout en vidant sa tranche de pain de sa mie
    C'est pas mon ami ! Lorsque j'ai récupéré la toile, je suis tombée par hasard sur cette femme collectionneuse... On est allée boire un pot ensemble et on a fini au resto... Elle est symphat... Elle m'a dit qu'elle hésitait encore pour les petits camions car elle ne savait pas si elle se lançait aussi dans les miniatures... Enfin voilà, elle a regardé le tableau... Elle est très intéressée et elle était prêt à me l'acheter...
  •  
  • GEORGES , surpris tout en découpant le lièvre
    Ah ! Bon !... Mais tu
  •  
  • LAURE , lui coupe la parole
    Rassures-toi, je ne l'ai pas fait !...

 

GEORGES sert à VIVIEN un morceau de civet ...

 

  • VIVIEN , à GEORGES
    Vous avez le cul bordé de nouilles tous les deux !
  •  
  • GEORGES , en servant LAURE
    Tu vois, Les monstres, je te l'ai toujours dit ! C'est payant !!...
  •  
  • LAURE ,
    Si t'arranges le coup avec les charpentiers ! Je te l'achète !
  •  
  • GEORGES , cherchant DENIO du regard
    Tu fais office de garde-meuble ! Le paravent... Le tableau...T'as un petit écureuil collé au plafond, toi !
  •  
  • LAURE , grimace
    Tes plaisanteries douteuses !

 

VIVIEN tend l'assiette de Denio à GEORGES qui le cherche du regard une nouvel fois.

 

  • GEORGES , indiquant de la tête VIVIEN
    Hé ! On connaît pas ces fantasmes à celui-là ! (il sourit) T'imagines la caisse d'épargne dotée d'une petite écureuil en porte-jarretelles ! On vous revigore la chaussette pour moins que ça ! (il éclate de rire, d'un rire gras)
  •  
  • VIVIEN , à GEORGES
    Qu'est-ce qu'il fait Denio ?
  •  
  • GEORGES , crie en direction de la cuisine
    Oh ! Denio !... Le couteau à pain est dans le tiroir du vaisselier ...

 
- SEQ 15 - INT NUIT - MAISON GEORGES : CUISINE.
De dos, Denio recule vers nous la main droite à la bouche comme si quelque chose le terrifiait. Nous découvrons à travers les carreaux de la porte de la cuisine donnant sur la cour arrière, l'arrière train du chien de Georges la queue balayant l'espace, il gratte la porte...

 

  • DENIO , horrifié
    Aïe, aïe, aïe !...
  •  

- SEQ 16 - INT NUIT - MAISON GEORGES - SALON.
LAURE, VIVIEN et GEORGES attablés...

  •  
  • LAURE , à VIVIEN
    Vivien, vas voir Denio à la cuisine !... Il ne doit pas trouver !...
  •  
  • GEORGES , se lève
    Attends, j'y vais !...

 

- SEQ 17 - INT NUIT - MAISON GEORGES : CUISINE.
La porte de la cuisine s'entrouvre, la tête de GEORGES surgit...

 

  • GEORGES , surpris
    Hé, ça va pas, Denio ?... T'es tout pâle !...
  •  
  • DENIO , affolé
    Vite ferme la porte ! Ferme la porte !... Si tu savais ce qui arrive !...
  •  
  • GEORGES , refermant la porte, d'un air étonné
    Quoi ?!...
  •  
  • DENIO , montre du doigt le vaisselier
    Regarde en bas dans le vaisselier !

 

La porte du vaisselier s'ouvre. Le chat de Laure est mort, recouvert de boue et allongé sur une pile d'assiettes.

 

- SEQ 18 - EXT JOUR - MARCHE AUX PUCES.
GEORGES et DENIO sont à leur stand.

  • GEORGES , inquiet
    Vivien et Laure ne sont pas venus ce matin installer leur stand . Depuis la semaine dernière, pas de nouvelle !
  •  
  • DENIO , tendu
    Tu crois que c'est à cause du chat ?...
  •  
  • GEORGES , forçant un sourire
    C'est la première fois de ma vie que je fais une mise en plis à un chat !... Et mort en plus...
  •  
  • DENIO ,
    Tu parles ! On y a passé deux heures, à le nettoyer, le bichonner, le brosser... Ah ! Si tu avais vu ma tête quand je me suis retrouvé dans ta cuisine... Ton chien se dandinant dans tous les sens , le chat de Laure dans sa gueule !... J'étais mal... AÏe, aïe, aïe !...
  •  
  • GEORGES , se grattant le front
    Purée ! Tu crois qu'ils se doutent de quelque chose !... Pendant le repas j'avais les mandibules qui crispaient jaunes !....
  •  
  • DENIO ,
    Et le tableau ?!...
  •  
  • GEORGES , grimace
    Ils l'ont toujours !
  •  
  • DENIO ,
    Merde !

Ils s'observent en silence. DENIO fronce des sourcils et interroge d'un regard soupçonneux Georges, puis se ravise comme si il faisait erreur.

 

  • DENIO
    Quand je suis parti, tu as bien mis le chat dans la cour ?
  •  
  • GEORGES , hausse les épaules
    La nuit même, je te l'ai déjà dit au téléphone cinquante fois ! Vers quatre heures du matin... Ils n'ont pas pu me voir... Ils dormaient, tout était éteint !

 

Un couple s'intéresse aux miniatures exposées... Georges et DENIO les observent... Le couple repart...

 

  • DENIO , à voix basse observant le couple s'éloigner
    Mais qu'est-ce qu'ils foutent, bon sang !
  •  
  • GEORGES , le regard fuyant
    Deux jours après le repas, j'ai aperçu de la fenêtre Vivien dans son jardin... Il était bizarre... Le regard vide... Tu sais, un peu mystique ...
  •  
  • DENIO , énervé
    M'enfin ! C'est qu'un chat quand même !
  •  
  • GEORGES , un sourcil au dessus de l'autre
    Je les ai appelés plusieurs fois... Mais je n'ai eu que le répondeur... (il hésite ,prend Denio par l'épaule et l'emmène au fond du stand, le dos aux étalages) Avant-hier, c'est Laure qui a décroché.
  •  
  • DENIO , fronce les sourcils
    C'est quoi cette embrouille ! ( il recule la tête essayant de comprendre ) Tu me dis ça maintenant ! (il hausse le ton) Qu'est-ce que tu attends !!...
  •  
  • GEORGES , balaye ces questions de la main
    Elle m'a dit qu'elle nous vendait le paravent... Et qu'elle ne voulait plus le voir chez eux... Et qu'en plus
  •  
  • DENIO , le coupe
    Quoi ?!...
  •  
  • GEORGES , gèné
    ... Ils ont déjà vendu le tableau à cette Femme dont elle nous a parlé ... Celle des miniatures...
  •  
  • DENIO , à moitié rassuré
    Ah ! Oui je me souviens... Mais ils sont gonflés quand-même, il est à nous !
  •  
  • GEORGES , se remémorisant Laure au téléphonne
    Elle était bizarre au téléphone, presque atone... J'ai pas osé demander des nouvelles de Vivien... De plus, elle m'a dit que depuis qu'ils avaient ce paravent, c'était la loi des séries ! Que des emmerdes ! Enfin vraiment bizarre la minette... Je suis inquiet ...
  •  
  • DENIO , en se frottant les mains
    Elle n'a pas parlé du chat et on a le paravant ! Leurs états d'âme moi j'm'en tape !!...
  •  
  • DIANE OFF (identique seq 7)
    Le camion de pompier, c'est combien ?!
  •  
  • GEORGES , se retournant
    700 francs, le car métallique (son visage se décompose)

 

Le regard de DIANE se dirige en direction de DENIO. DIANE a dans la main le tableau de Denio et elle est accompagnée de VIVIEN , menottes aux poignets, et de deux policiers en tenue.

 

  • DIANE , leur montre le tableau
    Vous connaissez l'origine de ce tableau, messieurs !!

 

DIANE fait un signe à l'un des deux agent qui ouvre la fermeture éclair d'un gros porte-documents. L'agent lui donne. DIANE en retire trois tableaux, des portraits. Elle les déballe bien en vue sur l'étalage. Des badauds se regroupent autour d'eux en observant la scène et les tableaux.

 

  • DIANE , d'un regard fixe sur DENIO
    Et ceux-ci, vous en connaissez l'origine ?

 

DENIO interloqué, écarquille les yeux . FONDU ENCHAINE

 

- SEQ 19 - INT JOUR - PRISON :CELLULE.
Denio relève le regard ... Il est assis au sol des cartes à jouer à la main. DENIO et VIVIEN sont assis tous les deux aux sol, VIVIEN a un petit tas de carte sur sa gauche.

 

  • VIVIEN , en posant une carte
    Atout coeur
  •  
  • DENIO , joue
    T'es cocu, toi !
  •  
  • VIVIEN , en ramassant les cartes et en les posant sur son tas
    Avec Laure qui est dehors, c'est plutôt de mauvais goût !... (il joue sa dernière carte)
  •  
  • DENIO , pose sa carte
    Pleure mon pote ! Toi, il y a quelqu'un qui t'attends !
  •  
  • VIVIEN , ramasse les cartes, les pose sur son tas et bat le jeu
    Je ne sais pas ce qu'elle fait ... Je n'ai pas eu de courrier depuis deux mois !... Je peux te dire quelque chose Denio ?...
  •  
  • DENIO , reculant pour se caller contre le lit
    Accouche !
  •  
  • VIVIEN , pose le jeu contre son coeur
    C'est spécial !...
  •  
  • DENIO , gesticulant des bras
    Tu ne vas pas me remettre le coup des tableaux sur le tapis une nouvelle fois ! ça va, j'ai donné ! Et refourguer de la marchandise à la poulaille !
  •  
  • VIVIEN , pose les cartes au sol face à lui
    C'est toi l'inconscient . On ne refile pas de la came vérolée à des jeunes qui débutent dans le métier. Bien qu'ils étaient beaux tes faux, tu as du talent quand même !
  •  
  • DENIO , trés fier de lui
    C'est toute la différence qu'il y a entre la fac d'histoire de l'Art , les écoles des beaux Arts et la rue ! La fac, c'est l'art de la suffisance du savoir, les nouveaux conservateurs. Les écoles, c'est l'art de savoir jouer les apprentis sorciers ! Et nous la rue , c'est l'art de la mayonnaise ! Une petite dose de matière grise en suspension dans une grosse démerde ! Une émulsion en quelque sorte ! Les premiers organisent, les deuxièmes signent et nous (en formant un oeilleton avec son index et son pouce ) on ajuste !!...
  •  
  • VIVIEN ,
    Oui ! Mais Laure est en liberté et toi tu l'as dans l'os ! (sience)... (puis timidement avec culpabilité ) Tu es mon ami, Denio ?
  •  
  • DENIO , légèrement vexé
    Il paraît !!...
  •  
  • VIVIEN , baisse la tête
    Tu sais le soir ou on a mangé le lièvre chez Georges... Tu te souviens Denio ?!...
  •  
  • DENIO , fronce les sourcils
    Ben... Ouais...
  •  
  • VIVIEN , regardant au plafond
    Et bien , après lorsqu'on est rentré avec Laure...
  •  
  • DENIO , le regard fuyant
    Et bien quoi ?
  •  
  • VIVIEN , baissant les yeux
    On a trouvé le lendemain matin notre chat mort vers la balançoire !
  •  
  • DENIO , balayant de la main
    Qu'est-ce que tu veux que j'y fasse ! Un chat, c'est un chat !...
  •  
  • VIVIEN , donne un léger coup dans le jeu de revers de la main, les cartes s'éparpillent
    Il était mort ! ( comme à lui-même) là ! C'est incroyable ! le poil tout gonflé et qui brillait. Mêmes ces babines étaient propres !...
  •  
  • DENIO , sur un ton légèrement agressif
    Et alors ... Ton chartreux , c'était pas un chat de gouttière !
  •  
  • VIVIEN ,
    J'y comprends rien... Rien . (il regarde DENIO fixement)
  •  
  • DENIO , baisse les yeux
    C'est pas parce que ton est mort qu'il fallait péter les plombs, mon pote !
  •  
  • VIVIEN , les yeux baissé
    Ce que l'on a pu être mal avec Laure... Elle avait des angoisses tous les jours et moi aussi. Quand Laure a pris la maison, elle n'y a pas pensé ! Tu comprends, son chat Jim, c'était un chat d'appartement ! Elle le laissait aller à sa guise dehors et ça n'a pas manqué, il s'est fait renversé. Mais le plus terrible !... (il regarde Denio) Tu me jures que tu ne le diras à personne ! (il rebaisse les yeux)Notre chat avec ses poils tous propres, luisant comme un soleil sous notre balançoire alors que la veille je l'avais enterré dans l'autre cour derrière notre maison !!

 

DENIO ouvre les yeux, la bouche grande ouverte qu'il couvre de sa main gauche et simultanément VIVIEN, culpabilisé, est stoppé par l'arrêt sur image au moment même où il redresse son regard dans sa direction.

ARRET SUR IMAGE. « Huit mois plus tard »...

lire la suite au prochain épisode...

    PAGE         N/1



<<RETOUR/HOME

commentaires

Haut de page