Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Politique culturelle: L’hémorragie continue au Frac Aquitaine à Bordeaux, le degré zéro de la politique culturelle

par lili oto 9 Mars 2006, 18:19 Frac fond régional art contemporain

Bordeaux, le département de la Gironde et la région d’Aquitaine traverse une grave crise culturelle sans précédent, expression de l’existence d’un profond et cruel malaise.

 

Après la démission d’ Hervé Legros directeur du Frac, puis de son président Jacques Rigaud  et malgré la nouvelle nomination d’une directrice, monsieur Yves Di Folco administrateur du Frac Aquitaine démissionne avec une lettre ouverte en prime. Elle cible la gestion du Frac, son manque de financement, l’attitude des élus pointés du doigt par leur absentéisme au sein du conseil d’administration et les objectifs du Frac Aquitaine loin d’être atteints.


Même si Monsieur Yves Di Folco ne partage pas les points de vue des Apea, Artistes Plasticiens En Aquitaine et de son Président Lili-oto, sa lettre ouverte corrobore et réaffirme la profonde crise des institutions culturelles en Aquitaine qui fut l’objet des deux lettres ouvertes des Apea.

« Pas de fondement d’une politique culturelle sans une réelle volonté politique encartée de compétences artistiques. « Il faut s’inscrire dans nos projets »  dont nous seuls, artistes plasticiens, avons compétences!». La complexité aujourd’hui de l’univers artistique vivant des artistes plasticiens se confronte à une réelle absence de démocratie culturelle renforcée par l’inexistence d’espace de diffusion ou de monstration essentiel à notre activité.


Il faut repenser la mission des Frac, ces institutions manquent de souplesse et elles ont une vision de l'art contemporain se limitant le plus souvent à suivre les caprices du marché commercial de l'art, avec une politique d'achat limitée au seul désir d'une petite minorité d'hommes et de femmes qui n'osent braver les politiciens. Depuis 20 ans de servitude aux divers clans politiques les Frac ont sombré dans des stratégies à quatre francs six sous qui ont tétanisées tout espoir et les meilleures énergies de ceux qui les ont dirigés. Des Frac qui pourraient innover, se mouiller dans une autre politique d'achat et de soutien à la création pour les artistes plasticiens. Les Frac et les autres institutions se comportent le plus souvent comme des salons mondains ou comme les antichambres de petits pouvoirs minables qui habritent des salariés rarement fiers de leurs bilans malgré leurs ambitions premières.

Lili-oto



<<RETOUR/HOME

commentaires

Haut de page